Budget fédéral 2019-2020

Des initiatives intéressantes pour une économie en transformation, mais qui nécessitent davantage de mordant

Lévis, le 20 mars 2019 – Le gouvernement fédéral a déposé aujourd’hui un budget proposant des mesures aux entreprises et aux travailleurs qui sont au coeur d’une économie en transformation rapide, croient la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) et la Chambre de commerce de Lévis (CCL).

« Les initiatives présentes comme l’allocation de soutien à la formation, les investissements dans Internet haute vitesse et l’appui aux entreprises innovantes seront utiles aux entreprises de toutes les régions du Québec », affirme Stéphane Forget, président-directeur général de la FCCQ. « Il faut cependant des moyens plus importants et leur déploiement rapide pour assurer la compétitivité des entreprises et la capacité des employés de répondre aux exigences du marché du travail actuel et futur », ajoute Martin Pellerin, vice-président et associé chez ÉQIP Solutions génie et président du conseil d’administration de la CCL.

Mesures pour les travailleurs

La FCCQ demandait, dans son mémoire prébudgétaire, des mesures pour aider les entreprises à faire face à la rareté de main-d’oeuvre et salue ainsi la bonification de l’exemption des gains du Supplément de revenu garanti, qui incitera les travailleurs expérimentés à faible revenu, les plus susceptibles à avoir besoin de travailler, à rester sur le marché du travail. « Les entreprises à la recherche de main-d’oeuvre auraient intérêt à pouvoir maintenir les travailleurs expérimentés en milieu de travail, afin de répondre à leur besoin de main-d’oeuvre tout en favorisant le transfert de connaissances », rappellent Stéphane Forget et Martin Pellerin, alors que plusieurs entreprises de Lévis cherchent activement du personnel.

Le gouvernement a compris l’importance d’investir en formation, mais ce qui est proposé dans le budget déposé par le ministre Bill Morneau est nettement insuffisant et sa mise en place progressive ne permettra probablement pas de faire face aux défis urgents du marché du travail, selon la FCCQ, qui prône depuis deux ans la création d’un régime volontaire d’épargne pour la formation continue. Financée à même les fonds de l’assurance-emploi, il faudra prévoir que les employeurs auront leur mot à dire sur l’application d’une telle mesure, notamment quant au moment et au sujet des formations suivies.

Les oubliés du budget

« Nous sommes déçus que le présent budget n’accorde pas davantage d’importance aux investissements en infrastructures nécessaires au développement », déplore Stéphane Forget. « Pour que le projet de train grande fréquence (TGF) de VIA Rail puisse être réalisé à l’horizon 2023, il aurait fallu une enveloppe dédiée à la construction du TGF dans le budget », soutient Martin Pellerin.

« De même, le maintien et le remplacement de la flotte de brise-glaces exige des investissements majeurs, car leur vétusté menace l’efficacité du corridor maritime du Saint-Laurent, et met en péril nos échanges commerciaux qui ne cessent de croître », remarque Stéphane Forget, soulignant cependant certaines mesures pour les chantiers maritimes, notamment celui de la Davie. « Dans un contexte de rareté de main-d’oeuvre, il est important d’assurer un maintien des emplois et de l’expertise retrouvée au chantier de Lévis, et cela passe entre autres par des contrats du gouvernement fédéral, entre autres quant à l’acquisition de nouveaux traversiers dans l’Atlantique, pour lesquels nous souhaitons que le gouvernement fédéral fasse confiance aux chantiers maritimes québécois dans l’octroi des contrats », affirme le président de la CCL.

« Plusieurs de nos médias régionaux attendaient de voir se concrétiser le soutien annoncé dans la mise à jour économique de novembre dernier », rappelle Martin Pellerin. « L’absence d’une quelconque mention dans le budget, à ce sujet, fait perdurer l’inquiétude. » Enfin, dans un contexte où la réforme fiscale américaine a envoyé un signal aux investisseurs étrangers, le Canada aurait dû et doit envoyer des signaux identiques afin de préserver l’attractivité et la compétitivité de ses entreprises et ainsi, éviter de voir des investissements déplacés au sud de la frontière.

Résorption du déficit

La FCCQ et la CCL demandent depuis le premier budget du ministre Morneau que le gouvernement présente un plan réaliste de résorption du déficit afin de rencontrer l’équilibre budgétaire : « Dans un contexte de situation financière favorable, il est déplorable de constater une fois de plus l’absence d’un plan de résorption du déficit nécessaire aux principes de saine gestion des finances publiques », conclut Stéphane Forget.

À propos de la FCCQ

Grâce à son vaste réseau de plus de 130 chambres de commerce et 1 100 membres corporatifs, la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) représente plus de 50 000 entreprises exerçant leurs activités dans tous les secteurs de l’économie et sur l’ensemble du territoire québécois. Plus important réseau de gens d’affaires et d’entreprises du Québec, la FCCQ est à la fois une fédération de chambres de commerce et une chambre de commerce provinciale. Ses membres, qu’ils soient chambres ou entreprises, poursuivent tous le même but : favoriser un environnement d’affaires innovant et concurrentiel.

À propos de la CCL

La Chambre de commerce de Lévis est le leader et le rassembleur de la communauté des affaires. Elle contribue activement au développement de sa région dans un esprit de concertation et cela, depuis plus de 145 ans. La Chambre de commerce de Lévis, qui représente plus de 1 100 gens d’affaires, a comme objectif principal de promouvoir et favoriser l’expansion de nos entreprises par la coordination des efforts de développement économique.

– 30 –

Source : Martin Pellerin
Président du conseil d’administration, CCL

Renseignement : Myrianne Bolduc
Coordonnatrice aux événements et communications, CCL
Tél. : 418 837-3411, poste 227
[email protected]

Joanne Beauvais
Directrice, Communications, FCCQ
[email protected]
Tél. : 514 844-9571, poste 3242, Cell : 514 928-8373